Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Humour

  • Chroniques de la haine ordinaire - Pierre Desproges/ ma critique

    Chroniques_de_la_haine_ordinaire_tome_1.jpg

     

    SCANDALEUX 

    Encore un artiste qui n'aurait pas été produit de nos jours à cause du politiquement correct et, gageons-le; des foudres de ces lavandières non-urbaines. Que fait la police ?

    Moi-même je sais de quoi je parle je suis souvent qualifié de "rageux", terme favori de ces mongoliens sans nerf pour décrire mes quelconques méfaits voire tout ce qui les dépasse. Comme si cela était le signe d'un individu dénué de sang-froid à la diatribe sans fondement. (Et pourtant que non, comme disait Galilée.)

    Cela est donc absurde car j'ai aussi connu de ces maîtresses-femmes à la bonté cachée en tout cas aussi ferme que celle de leurs compagnons - en général des premiers de la classe puceaux toujours soucieux de la probité de leur branlette hebdomadaire. Oui Mesdames. Et certains travaillaient à facebook en tant que modérateur, c'est dire leur branchitude non-savonnée.

    Donc Desproges ne se réservait-il que pour ces potaches attardés ? N'était-il au fond qu'un de ces clowns sans coeur qui ne sont le plus souvent que des salopards égoïstes au fan-club d'amibes stupides et rescapées d'une quelconque marée noire récente mais par contre aux doux likes de bâtards à l'encéphalite gênante et incongrue ?

    Peut-être mais Desproges avait quant à lui un Q.I. qui sûrement dépasse celui de votre prof de lettres, et lui au moins possédait l'insigne qualité de détester le foot !

    D'ailleurs je ne sais même pas pourquoi je raconte tout ça sur ce site dévoué au marketing de masse pour tous ces crétins asservis à cette nourriture qu'on leur fait gober entre chaque pub de Coca-Cola. La subtilité n'a jamais besoin de porteurs d'eau. Et de toute façon comme disait ce célèbre Pilate au bowling entre deux pressions , on s'en tamponne le coquillard, n'est-ce pas ?

     

    Ma note est de 10/10

  • Est-ce que les femmes ont toutes des petits pénis ?

    Puisque la taille compte...

    Et si on parlait des choses dont les médias ne parlent jamais comme les problèmes des femmes (qui en ont toutes, hormis leurs grandes qualités) ? Avec un peu d'humour bien sûr et en oubliant que de nos jours l'argent régente tout dans nos campagnes (au-delà des religions) et que l'on ne verra que rarement une versaillaise se mettre en couple avec un smicard.

    Et puis j'ai remarqué qu'au lieu d'un discours intelligent et respectueux certaines femmes (et surtout des françaises) préfèrent bien souvent cette flatterie pernicieuse et débile de ce genre de maquignon qui nomme une belle femme "un avion de chasse". La putasserie du XIXème est de retour avec la culture (du moment que c'est du foot ou du jeu sur console en train de bouffer une pizza avec une Kro.)

    Oh bien sûr le titre de cet article est pathétique et débile - quoique certainement pas beaucoup plus que les sujets favoris de votre conjoint/codétenu/compagnon - mais comme disait l'ami Freud est-ce que les meilleures idées n'ont pas bien souvent surgies d'une pure provocation ? *et puis quand on voit ce qui compte et ce qui fait de l'audience cela donnerait presque envie d'organiser les débats à la manière de Cyril Hanouna; donc de faire soi-même les questions et les réponses...

    Pour commencer sachez donc que je n'ai pas pu partager mon texte car des petits pervers ont attaqué de manière terroriste MON ESPRIT CRITIQUE en paralysant le site tourneur puis en m'envoyant ensuite en masse chaque jour depuis l'étranger un millier de liens vers des sites porno - voire pires, de rencontre.... (Il faut savoir que j'ai absolument horreur des 2 donc je ne paierais jamais pour ça, et je ne sais pas non plus pourquoi ces frustrés de profession s'en prennent à cet humble site pas du tout médiatisé mais je suis parvenu à bloquer tout cela en conservant l'essentiel pour des suites judiciaires et pénales. A votre tour à l'avenir, j'espère, de de tenter massacrer ce diktat.) Je suis enfin ravi d'avoir ces minables et pauvres hères comme ennemis. Le dernier malade mental qui m'a envoyé un message s'appelait "Jessicadus", c'est sûrement un faux nom et je ne connais heureusement personne de ce nom à part la femme de Jean-Claude Dus.

    A bientôt !   

    sy.jpg