Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Grosse Truie du XVIème

  • Depeche Mode - Spirit : Songs of Degeneration

     

    s.jpg

     

    Comme d'habitude dans notre fabuleux monde actuel, les has-beens ne meurent pas et continuent de nous infliger leurs nombreux films et autres albums surévalués...


      En l'occurrence Depeche Mode avec ce énième LP "Spirit" qui sera sans doute comme à chaque fois étrangement loué par une certaine critique dithyrambique (dont par exemple Olivier Nuc du Figaro et Stéphane Davet du Monde, cela expliquant peut-être que côté révolution ce ne soit pas gagné... ;)). Quant au reste il ne peut que constater que ce quartet issu de Basildon s'éloigne de plus en plus de ses tubes du passé. Le ton est poseur, le line-up est celui d'une folle outrée, le tempo lent - comme pour signifier son immense importance voire sa vacuité sidérale - et les paroles un peu toutes les mêmes.

    martin-gore-interview.jpg

      Et puis comme d'habitude itou il semble que Martin Gore ait eu une importance prépondérante dans la production anémique de la plupart de ces titres mal montés sinon autodétruits d'office. Parce que si on tolère le chill-out désormais vaguement country que le bonhomme s'applique à pratiquer depuis SOFAD et Violator, il est flagrant que certaines chansons ne sonnent pas si mal (Telles que par exemple Scum et The Worst Crime) et laissent imaginer ce qu'elles auraient pu être si mixées par un Alan Wilder capable et enfin chantées par un David Gahan un peu plus punchy. Donc autre qu'une chèvre bêêêêêêêlante, quelque part.

      Mais non, on ne retrouve rien des hits de ce groupe depuis longtemps surfait et surestimé, et par ailleurs fort représentatif d'un triste show-biz replié sur lui-même et donneur de leçons.
     

      Where is it, donc ?

                                                                         

    starslittle_4.gif

    obama_communist_flag_card-r4e420412e6964e6ea14f0e5bff4a686d_xvuak_8byvr_512.jpg    

      As usual in our fabulous current world, has-beens do not die and continue to impose us their numerous movies and other overvalued albums...


    In particular Depeche Mode with this nth LP " Spirit " who will be praised doubtless one more time by a certain criticism: when what's left can only notice that this quartet stemming from Basildon moves further and further away from its hits from the past. The tone is phony, the line-up is the one of an outraged queer, the slow tempo - as to mean its immense importance even its sidereal vacuity - and the lyrics pretty much all the same.

    dugland.jpg

    And then as usual likewise it seems that Martin Gore had a dominating importance in the anemic production of most of these titles badly builds up otherwise automatically self-destructed. Because if we tolerate the chill-out style of DM from now on vaguely Country music which this chap applies to practise since SOFAD and Violator, it is blatant that certain songs do not ring so badly (Such as for example Scum and The Worst Crime) and let imagine what it would have been if mixed by a fitted Alan Wilder and finally sung by a David Gahan in a little more punchy vogue. Thus other than one sad goat, somewhere.

     

    But no, we find nothing of the substance of ancients hits of this band for a long time overrated and overestimated and besides so representative of a certain sad showbiz folded on itself and sermonizer.

    Where is, thus?

     


                     

     

  • Et si on les arrêtait ?

    HULKtumblr_n52ho9R8Pr1s2wio8o4_500.gif

     

    On a violé mon mot de passe !

     

       La France étant envahie et gouvernée par des usurpateurs, il est fréquent et presque naturel que ses occupants soient victimes d'intrusions non-désirées; qu'il s'agisse du réel ou du numérique. Cela, on peut le comprendre.

       Mais quelle est la différence profonde entre internet et vraie vie, puisque aujourd'hui presque tous les dossiers de notre identité sont chargés en ligne (y compris sur des sites appartenant à l'Etat français) ? Quand viendra-t-on à en parler enfin dans les médias "sérieux", et quand trouvera-t-on une autre solution qu'une batte de base-ball dans la face afin d'effacer ces minables pirates et terroristes ? Et comment font ces nuisibles pour parasiter les honnêtes gens sans se faire voir de leurs victimes ? Comment procèdent donc ces cafards de l'internet pour passer à travers les mailles du réseau de sécurité qu'on imagine - forcément - tellement important ? 

    terroristes parasites anonymes violeurs vie privée

       Sans parler de tous ces dommages causés par les serviteurs des sites à péages que tout être humain digne refuse absolument. Sans parler de toute cette prostitution mentale comme physique. Sans parler de tout ce trash.

        Attention donc à l'immonde qui tente de nous geler...


                                        

     

  • Mad Max: Fury Road/ma critique

     

    MM.jpg

     

     Rien que pour le plaisir coupable de contempler Charlize Theron au naturel, ce film vaut son pesant d'euros. Bien sûr le nouveau Max est quelque peu départi de la vraie folie en filigrane de son ancien interprète (Mel Gibson pour les totals néophytes) et le teint orange d'une pellicule sans aucun doute retouchée à la palette nuit parfois à sa vision, et aussi, disons le tout net, à la continuité d'une histoire un brin complexe.

     

    mad-max-fury-road-charlize-theron.jpg

     

    Fidèle du tout premier depuis fort longtemps, je dois quand même avouer que j'ai été plutot étonné par un récit qui se tient droit le plus souvent, brinquebalant vaille que vaille vers le numéro 3 de la franchise sinon en étant tout à fait à sa hauteur, j'ai nommé " Mad Max Beyond Thunderdome". Evidemment la fin teintée de puritanisme mormon ne plaira pas à tout le monde, mais cette séquelle se bat bien comme un nouveau Ben Hur revue et corrigée, et ses sauvages aux lourdes bécanes ont au moins l'avantage de faire naturel.

    Ne ratez pas la mauvaise mine du dictateur de service, Immortan Joe, un méchant très réussi tout comme son harem, et aussi ce guitariste décérébré battant la mesure tout le long du gimmick de cette énième épopée de Max Rockatansky.

    Souhaitons donc que George Miller libère prochainement son héros - d'un pur divertissement en forme de blockbuster quelque peu lié aux impératifs commerciaux - vers un numéro 5 ou l'on retrouvera dedans l'ultraviolence insensée qu'une censure très intransigeante avait jadis longtemps condamnée...

    mad max gif.gif

                                                                                       

    >>>>>  in english

    Lire la suite