Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Philosophie

  • Bientôt mon article: prostituée, poule pondeuse, chef de bureau, ou chef de guerre ?

    Bushman-family2.jpg

     

    De nos jours elles sont nombreuses ces femmes qui prétendent à tout (et aussi à la rébellion) tout en restant dans la société moderne avec tout le confort, un petit mari, un métier, une auto, et les diplômes d'une civilisation qu'elles prétendent rejeter (et que-sais je encore...) N'aurions-nous donc pas de bonnes leçons à recevoir du côté de ces tribus de bushman beaucoup plus francs et logiques que nous ?

    féminocratie double-langage xavier watremez

     

  • Michel Onfray et l'hédonisme sans limites...

       Parfois comme tout le monde il m'arrive de lire les blogs d'illustres inconnus, ceux-là mêmes qui ont d'ailleurs bien souvent énormément de visiteurs sur Twitter et Fessebouc mais qui restent dans l'ombre, et qui en profitent pourtant pour tirer sur les ambulances ou sur des cibles faciles; celles-là mêmes qui ne correspondent pas à leur petit esprit mesquin voir étriqué. J'ai remarqué également que tous ces faux rebelles portaient toutes sortes d'étiquettes, de l'extrême-gauche à l'extrême-droite, et qu'ils  adoraient surtout dans la vie tirer la couverture à eux... 

        Bref, avant l'on croyait que le net allait servir à diffuser un autre discours que celui des puissants médias académiques alors qu'il n'en est rien, nous étions tellement naifs: les réseaux sociaux servent d'abord à ceux qui sont déja insérés avec une place de choix dans notre société, et dont le discours aseptisé est infiniment égocentrique voire très peu contestataire !

        Du genre donc de celui-ci, d'un certain David Laufer. D'abord, il est suisse et semble mécontent d'un certain esprit français clivant - par exemple au sujet de ce philosophe qu'il réduit à un vulgaire partouzeur sinon à une grosse vache sacrée™ protégée à plus des 2/3 par les cafards des médias officiels. Ce qui est un peu facile vu tant de ces autres qu'on ne dénonce jamais.

      

    michel-onfray.jpg

    Voici l'extrait:

     

    "La réponse, peut-être, se trouve dans la personnalité et le profil des Michel Onfray de notre monde. Car il n'est pas seul. Aux Etats-Unis comme en Angleterre, plusieurs intellectuels ont développé depuis le 11-septembre une opposition radicale à l'islam, violemment amplifiée depuis janvier. Je pense notamment à Bill Maher ou au défunt Christopher Hitchens. Et tous partagent à peu près le même fondement idéologique libertaire ou en tout cas d'une certaine gauche. En d'autres termes, ce sont des enfants des années soixante et de l'interdit d'interdire. Michel Onfray, comme Maher, revendique haut et fort une liberté sexuelle absolue, un rejet des codes et des conventions. Ce rejet-là, eux-mêmes n'ont jamais vraiment eu à souffrir pour l'obtenir et pour butiner comme bon leur semble dans un nombrilisme orgasmique absolu. Et comme tous les héritiers, ils considèrent ce qui leur a été légué comme un droit divin."

     

        On voit donc que, comme d'habitude, dés qu'une personnalité quelconque sort du champ et des chemins balisés, cela inquiète et cela développe surtout chez ces petites mains du net une colère inqualifiable qui provoque tant de ces fientes souveraines.

        Et puis, mon pauvre David, si tu le demandais toi-même à ce philosophe dangereusement anarchiste, ne crois-tu pas que ton petit mot aurait plus de portée ?

  • Tu peux te la payer ?

    dreamcar45.jpg

    Depuis quelque temps je suis un peu comme Hollande et Obama car je roule dans une grande routière de collection qui consomme pas mal de carburant (plus de 15 litres/100) et souvent, dedans mon siège Recaro, j'ai remarqué combien les ploucs ont l'air hargneux quand ils me doublent en speedant sur les petites routes de campagne avec leur Mégane et leur Clio pourrie, sans parler des insultes et des dégradations parfois commises par ces minables dans mon dos...

     

    Lire la suite