Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livre

  • Gangster Squad - Paul Lieberman/ou la revanche du chevalier noir...

    gs.jpg

     

      "Je serre pas la main aux putains de maquereaux."

     

    Ce livre est l'explication du film éponyme, dans GANGSTER SQUAD, les faits sont donc avérés et le fond historique. Egalement, la trame est ici digne des anciens contes : le vilain a un gros nez et les mains crochues et le héros ; ce chevalier noir, est un blond avec un fier destrier. Peut-être est-ce la raison pour laquelle la démesure de GANGSTER SQUAD n'a pas plus à tout le monde, et surtout à ces critiques eunuques et branchouilles départis de colonne vertébrale...

        Car si le film cultivait un certain académisme avec certains clichés, il ne faisait que parler d'une réalité effective : GANGSTER SQUAD est le nom d'une brigade spéciale de police formée et commandée après-guerre par une instruction sur le crime organisé.

    hollywoodland_nahfg3.jpg


    Dépendante du LAPD (la police de Los Angeles), cette formation comptait 8 membres et ses méthodes, quoique plutôt musclées ou discutées par certains, ont été bien souvent couronnées de succès. Dans GANGSTER SQUAD est donc détaillé surtout les missions secrètes de Con Keeler (spécialiste des écoutes et du tracage téléphonique), Jerry Wooters (playboy trompe-la-mort), John O' Mara (détective fin limier), principaux membres du GANGSTER SQUAD, et aussi de leur chef charismatique Bill Parker.

    la noir.jpg


    Par ailleurs, ce récit narre dans les faits certaines personnalités, et bien souvent en pulvérisant les idées toutes faites des bonnes gens, comme ce mythe du gangster courageux, rusé, et avenant : tel que Mickey Cohen, qui était en vrai un type brutal pas très malin et surtout profiteur.

    Mickey_Cohen_real_life.jpg



    Ici on n'est pas chez Scorcese, on n'embellit pas l'évidence et on ne prend pas l'industrie du jeu et du sexe pour une cour de récréation !

    Personnellement, j'ai beaucoup apprécié cette histoire sans prétentions. Le ton est propre au roman noir, et, bien que cela rappelle parfois la bibliothèque verte de notre enfance, le tout est encore puissamment d'actualité...

     

    tumblr_o27ofvvYdf1qim3zpo5_400.gif

     

  • Basketball Diaries - Jim Carroll

    Basketball-Diaries-Eclipse-Totale-DVD-Zone-2-711076900_ML.jpg

     

    Un très bon livre, qui est très loin de l'adaptation beaucoup plus aseptisée. [*photo ci-dessus de Leo Di Caprio] On exagère bien sûr sur le fait que le (très) jeune héros se drogue, parceque cela fait vendre mais il faut surtout noter que le style est plutôt fluide ainsi que naif et conte une histoire universelle, celle de quelqu'un de "perdu" dans une grande ville mais qui se débrouille autant que faire se peut et avec ses maigres moyens - tout en se faisant très souvent voler...par plus riche que lui ! 


    Les chapitres ou il contemple les étoiles sur le toit de l'immeuble qui domine Manhattan, comme celui du grand magasin, ou bien de la rencontre avec les 3 soeurs, avec ces 400 coups pratiqués avec ses copains, les rencontres avec les méchants des services sociaux, les tensions ethniques, tout cela laissera un souvenir impérissable pour qui sait lire entre les lignes. D'autre part le roman rapporte une cartographie très précise de NYC et surtout du Lower East Side. A mon avis, l'histoire démarre sur les chapeaux de roue à partir de la scène des homos de la gare centrale, un peu glauque mais tellement signifiante. Pas pour tout public sans doute, mais s'il fallait plaire au plus grand nombre il n'y aurait qu'assez peu de chefs d'oeuvres. Il est de toute façon clair que Basketball Diaries est contre toute censure.

     

    [résumé de l'éditeur]

    Oeuvre-culte de l'underground new-yorkais, le Journal de Jim Carroll, paru au début des années 70, est à la fois le portrait d'une ville impitoyable, vue par les yeux d'un jeune sauvage urbain, et un manuel de révolte adolescente. Le joueur de basket arpente les trottoirs de New York City, racole, vole à l'étalage, arnaque, refourgue, se défonce, s'envoie en l'air et tire au panier des balles impeccables dans la même langue insolente. A la recherche, peut-être, d'une pureté hors d'atteinte. Ce qui,sans doute, inspira à Jack Kerouac la réflexion suivante: "A treize ans, Jim Carroll écrit une prose plus intéressante que 98% des romanciers contemporains." Jim Carroll est devenu, depuis la période couverte par ce journal, un poète et un rocker dont le renom n'a cessé de croître dans l'underground new-yorkais. Il a enregistré plusieurs disques, dont le célèbre Catholic Boy, au début des années 80. 

     

    euh2.jpg



  • Comprendre l'empire - Alain Soral

    michelle-wie-evian-masters-2007-photo-sport-dont-etes-plus-fier_31772.jpg


            Très instructif. Il est de toute façon accessoire de résumer les chapitres de ce livre consacré à ce népotisme doublé d'atavisme si typique de la France. Notre "démocratie" est la seule à réserver un dévouement pareil à ses grandes écoles (Sciences Po, l'X, ENA, etc.), sans oublier que nos cycles d'études sont parmi les plus longs du monde. Joint à la bureaucratie et à ses rouages divers, il va donc sans dire que ces faits plombent et enlisent toute tentative louable, ou l'idée-même de méritocratie.

     Alain Soral est provocateur et peut choquer les bonnes gens, mais cela ne signifie pas qu'il a totalement tort ni que ses mots n'engendrent pas de la fureur pure. De plus, le fait est que les médias ne l'invitent que très peu: Enfin ses mots crus, son language franc, ainsi que également sa manière de stigmatiser un féminisme dévoyé depuis les années 70, tout cela ne plaît très certainement pas à tout le monde, sinon à la censure ainsi qu'à certains... Et en effet; malgré tout qui changera le système à part nous ?

    (N.B Personnellement j'ai surtout bien aimé le passage sur la Révolution bourgeoise de 1789. A mon avis c'est limpide.)

     

    ah3.jpg