Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon Esprit Critique - Page 2

  • Y a-t-il des rapports entre le Reich nazi et Israël ?

      renouveau 1.jpg

                                kill3.jpg

     

    Qui a la parole ?

     

    Pauvres membres de la communauté juive qui chaque jour doivent supporter à la télé ou à la radio des défenseurs particulièrement mauvais – du gosse de riche mal-élevé et mythomane Arno K. à la grosse menteuse Aliza B., en passant par l'éminent E******, diffuseur de la pensée unique aussi percutant et tolérant qu'une pub de rasoir et surtout s'agissant des avis originaux et dissidents.Sans oublier l'éternel Manuel V.  désormais émigré en Espagne.

     

    kLa-propagande-prospere-sur-le-desir-d-etre-trompe.jpg

    Le délateur-collabo est donc fortement tendance et il n'est pas étonnant de remarquer certains arguments crédibles des ennemis du bon et du juste : loin de moi de ce fait de penser comme certains pseudo-pros palestiniens que Israël a toujours tort tout en étant outrageusement choqué par une politique hypocritement connue de tout le monde aujourd'hui (tout en habitant dans le VIème à Paris comme Oncle Fétide). Ou alors en jugeant cette guerre scandaleuse comme encore beaucoup d'autres mais sans trop savoir placer Gaza sur une carte.

     

    kgoebbels.jpg

    Les terroristes restent des terroristes et doivent être traités pour ce qu'ils sont – d'autant plus que les « islamo gauchistes » ne font rien pour stopper un islam dangereux et primaire sans jamais voir d'amalgame à rien !!

     

    k4961554lpw-4961555-article-politics-jpg_3700044_660x281.jpg

    Le problème est donc plus complexe.

     

    Mais comme chacun sait, le pire c'est souvent l'impression intime que l'on ressent pour tel ou tel adversaire qui prime. Les guerres ont très souvent été déclenchées par des malentendus ou par une non-compréhension de l'ennemi, et il n'en reste pas moins que la suprématie du lobby juif dans les médias reste prépondérante. Très peu de monde a donc le courage de critiquer cet état de fait tout comme une extrême-droite israélienne pourtant très active en France et en roue libre !

     

    De plus il existe bien des palestiniens honnêtes qui n'ont commis aucun crime. En clair des honnêtes gens qui n'ont fait aucun mal.

     

    kill 2.jpg

    Le Reich nazi était-il donc semblable à Israël ?

     

    Non, bien sûr, car les deux situations sont difficilement conciliables mais pour sa propagande paranoïaque en France, je dirais que certains angles sont très proches. Enfin j'imagine qu'il y a assez peu d'aryens du coté de Tel Haviv (ou alors ce sont des défroqués ou des péripatéticiennes prêts à tout, n'est-ce pas ?)

     

    Par contre, en apparence, cette propagande verticale donnera sûrement un jour des idées à d'autres plus malins...

     

    J'en suis sûr.

     

    kMarionUSA.jpg

     

                                                               
                                            

     

  • Judge Anderson: Shamballa [ma critique]

    judgeanderson 666.jpg

     

    Un voyage au-delà des portes de la perception

     

    Ce roman graphique à l'histoire très riche nous parle de la lutte fraticide entre Juge Anderson et cet ex-Archange et Prince des Ténèbres aux voies si détournées, Satan, – ou du moins sa parfaite figure représentée...

    diableX20180429_142409.jpg



    Or, le fait que SHAMBALLA nous change des manies de cet abruti de Juge Dredd (tout en permutant l'intrigue sur cette protagoniste féminine si sensible et tellement dynamique) provoque un large regain d'intérêt de la même façon qu'un conte immortel. Nul doute que le noyau en flammes de cette superbe BD ne cesse de nous mystifier à chaque page, et d'abord par ses premières pages faussement imprégnées de culture bouddhiste !

    On nous épargne donc à la lecture le sens mesquin du règlement de ce policier tout de même largement psycho-rigide pour une officier beaucoup plus efficace et différente; de telle sorte que l'univers de 2000 AD prend beaucoup plus de relief. 

    judge a 22.jpg


    Même si le style légèrement psychédélique d'Arthur Ranson ne plaît pas à tout le monde, le côté pragmatique de la narration de son collègue Grant nous évite aussi un télescopage de nœuds composites liés au développement comme c'est souvent le cas. 

    Sans oublier les tenants et les aboutissants philosophiques et aristotéliciens du thème de l'album, telle par exemple la nature espiègle et prometteuse du Mal.

    Enfin cet ouvrage est un vrai chef d'oeuvre moderne dans sa palette de couleurs et à travers son image très télévisuelle désignée tout en finesse par son auteur. On se prend à rêver d'une future adaptation qui servirait ce titre majeur...

     

    diableX20180429_142447.jpg

     

    diable2X0180429_142144.jpg

  • Epitaphe pour Alfred Hitchcock [ma critique]

                                                                               

    françois rivière hitchcok xavier watremez blog

     

    Les dessous d'Hitchcock...

     

    EPITAPHE POUR ALFRED HITCHCOCK est une excellente biographie que n'aimeront pas les médiocres, avec plein de détails dedans et de non-dits. Dans notre monde de salariés et de grabataires, ce livre qui met l'accent sur la création est plutôt un pavé dans la mare et c'est ce que j'ai beaucoup aimé...

    Car non content d'être très inventif (et dans des oeuvres qu'on ne soupçonnerait pas), Sir Alfred était un vrai génie, et de plus très cultivé. Lui osait concocter des films et des histoires novatrices sans sortir nécessairement sa science à chaque fois comme le rat de bibliothèque qu'il avait été dans sa jeunesse : semble t-il, il n'a jamais oublié la lutte que tout producteur original ressent au jour le jour pour imposer ses idées.

    Et puis le créateur de « L'homme qui en savait trop » et de la série TV « Alfred Hitchcock présente » était totalement sans prétention malgré son caractère de cockney revanchard, qui ne se refusait pas de sortir sa vérité quand on lui demandait et malgré sa femme autoritaire prénommée Alma. 

    On sourit au fil des pages, et surtout quand Rivière nous parle des ambitions amoureuses du maître – certaines peut-être demeurant inassouvies jusqu'à sa mort, mais comme tout un chacun, n'est-ce pas ? - telle celle qu'il éprouvait pour cette actrice hollywoodienne mariée à un prince d'opérette ou encore s'agissant de la fascination qu'il avait ressenti pour la belle Tippi Hedren. D'ailleurs, on en parle encore aujourd'hui !

    J'ai trouvé cet ouvrage très accessible et très rafraîchissant et enfin écrit avec beaucoup d'humour. Qualité infiniment recherchée pour ce genre de travail.