Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon Esprit Critique - Page 2

  • Aux Etats-Unis les nazis c'est permis /02

     nsm.jpg

       La montée des extrêmes aux USA...

     

    Entre une classe politique totalement séparée du réel qui se mêle à un show-biz vérolé, entre des radicaux de gauche et des identitaires constituée de petits leaders qui tirent la couverture à eux, entre une droite bobo et cul-bénie et/ou plutôt inepte, entre une extrême-droite minable et fracturée par les péripéties de ses petits chefs telles que cette récente éviction d'un technocrate (très apprécié, paraît-il, de certains petits profs limaciers mécontents de leurs élèves et de certains autres homosexuels honteux...), certains se perdent en ayant soif d'idéaux, et notamment aux Etats-Unis. Quoi d'étonnant ?

    nazis USA peuple idéaux milices

    Car, contrairement à ce que la plupart répète, ces groupuscules sont nés AVANT Trump et sont principalement dûs à l'élection de Barack Obama ; ceux-là prétendant que celui-ci a consolidé une « élite » arrogante et sûre de son bon droit.

     Signalons que ces radicaux se plaignent des communautés et des gangs latinos et blacks, qui les harcèleraient continuellement en leur volant leurs jobs. Egalement, ces gens invoqueraient un islam délétère et raciste qui ne se gêne pas pour afficher des signes ostentatoires religieux et davantage, et ce, même à l'étranger. Est-ce une raison pour les imiter et fonder des milices ? Cela est une toute autre question pour eux, visiblement !

     

    nazis usa peuple idéaux milices

    Hors de mes propres opinions personnelles, je signale de même à tous ces petits cochons (il y en a eu pas mal) effarés par cet article qu'ils m'indiffèrent totalement et à qui je conseille, par ailleurs, de continuer à cuire dans leur chaudron... en attendant le loup.

         

                                         

     

  • Aux États-Unis les nazis c'est permis

    national-socialist-movement-members-city-hall1.jpg

    Au contraire de la majorité de mes collègues, j'aime parler sur ce petit site de faits dérangeants voire inquiétants. Ceci expliquant cela...

     En ce moment donc, aux Etats-Unis une certaine extrême-droite fait fureur et quelques adhésions et ses nombreux membres, très souvent tatoués et barbus, se réclament du NSM (parti nazi américain). Parce qu'à cause du 1er amendement – une loi de ce grand pays parfois plus démocratique que les nôtres – il est permis de proférer certains slogans...

    nsm.png

    Bien que certains grossissent leur importance ainsi que leur nuisance, après les événements de Charlottesville ; j'ai voulu montrer par un bref aperçu de quoi il en retournait afin de poser un regard net sur ces mouvements qui se comportent comme des sectes. Pas besoin de longs discours pour parler des fléaux humains, on est pas au Figaro ici. Mais qui sont ces identitaires qui appartiennent à toutes les couches de population ?

    nsm 2.jpg

     

     
                                         

                                                   "On a tous le droit d'avoir des opinions !"

     

  • "Effets Secondaires"/mon avis

    side ef.jpg

     

     

    L'atout premier de « SIDE EFFECTS » tient à la personnalité de son interprète principale, Rooney Mara. A côté, le reste du casting a l'air constitué de petits malins et/ou de gros lourdauds, Jude Law y compris.

    SideEffects.jpg

     

    L'actrice fait tout ce qu'il faut pour aller jusqu'au cœur de son rôle de manipulatrice lesbienne dans ce thriller à propos de lobbys et d'âmes surchargées, et l'on reste suspendu à ses lèvres pendant les 104 minutes de ce whodunit essentiel.

    SIDE EFFECTS est aussi un film qui dit certaines choses ça et là tout en suggèrant de quelle manière la réalité peut parfois s'effilocher, sans que l'on y prenne trop garde. Autant d'ailleurs pour le matérialisme qui prend ici une bonne claque ; dommage pour tous ces blockbusters de débiles légers.

    J'ai moins succombé à l'aspect normaliste et complaisant (surtout à la fin) de SIDE EFFECTS, où Soderbergh présente le couple du docteur Jonathan Banks et de sa femme Deirdre comme une sorte de modèle. Un peu curieux quand on connaît le type...

    Cela n'arrange pas la photo il est vrai un peu trop léchée de l'ensemble. Plus de charnel aurait peut-être été bienvenue au lieu de ce discours de pasteur luthérien !

    Mais SIDE EFFECTS demeure en soi une réussite ainsi qu'une nouveauté aboutie, évitant les traditionnels atermoiements lourdingues du film médical.